Vestiges ( la vie immobile) 2017-2018

La peinture est un médium artistique d’une richesse infinie à bien des égards...le chemin pour la maitriser est long, si tant est que l’on puisse affirmer y arriver un jour. Une vie d’humain parait donc bien courte au regard du colossal travail que cela implique. Mais à travers l’envie et le désir de peinture viennent alors se joindre les souvenirs, les fragments visuels ou sensitifs du passé, parmi les voyages anciens ou les situations vécues. La poésie  et l’amour sont deux sentiments qui aident parfois à atteindre ce moment de félicité que l’on nomme souvent le bonheur.

De tout temps cet état de bien-être, qu’il soit physique ou de l’ordre de l’esprit, a toujours motivé les artistes, et ce dans chaque discipline. Cette quête du bonheur est un leitmotiv assez commun dans l’esprit de tous les êtres  humains de manière générale et sans trop de surprises…

Mais ce Graal tant recherché s’enfuit souvent aussi vite qu’il est apparu. Le bonheur est fugace.

La série vestiges (la vie immobile)  est une plongée dans ces réminiscences, de bonheurs passés, de délices surannés, d’instants figés dans la mémoire. Ces peintures sont les petites cases cérébrales du bien-être, des petits paradis à retrouver, des délicatesses spirituelles où l’on peut soit même se perdre et se sentir enveloppé par les vapeurs de l’euphorie…

Des souvenirs d’intérieur délavés comme  les ruelles de Trieste, des statues de divinités oubliées au regard fixe et aux gestes immobiles pour l’éternité. Le temps ici est un leurre. La peinture vibre et respire de cette même immobilité éternelle, comme une empreinte du temps fantasmé ( le souvenir embelli ) mais reconstitué, plaqué sur un espace en deux dimensions, la toile. Temps et espace réunis par ce que représente la peinture. Une interprétation par l’espace du temps.

La peinture est décidément un médium artistique d’une richesse infinie…

Painting is an artistic medium of infinite richness in many ways. ; the path to master it is long, if it can be said to arrive there one day. A human life seems very short compared to the colossal work that implies. But through the desire and the desire for painting come then to join the memories, the visual or sensory fragments of the past, among the old journeys or the lived situations. Poetry and love are two feelings that sometimes help to reach that moment of happiness that is often called happiness.

 

At all times, this state of well-being, whether physical or mental, has always motivated artists in every discipline. This quest for happiness is a common leitmotiv in the minds of all human beings in general and without too many surprises ...

But this much sought-after grail often flees as quickly as it appeared. Happiness is fleeting.

The vestiges series (immobile life) is a dive into these reminiscences, of past happiness, of superannuated delights, of instants frozen in memory. These paintings are small cerebral huts of well-being, little paradises to find, spiritual delicacies where one can either get lost and feel enveloped by the vapors of euphoria ...

 

Faded interior memories such as the alleys of Trieste, statues of forgotten deities with fixed eyes and motionless gestures for eternity. The weather here is a lure. The painting vibrates and breathes from this same eternal immobility, like a footprint of fantasized time (embellished memory) but reconstituted, clad in a two-dimensional space, the canvas. Time and space united by what painting represents. An interpretation by the space of time.

Painting is definitely an artistic medium of infinite richness ...

© 2015 par Mickaël Doucet / créé avec Wix.com