Les Entretemps 2021

Au loin, le feu caché
press to zoom
Venise n'existe pas
press to zoom
Encore un printemps qui s'achève
press to zoom
L'invention de l'avenir
press to zoom
Et si le bleu n'existait pas
press to zoom
De l'autre coté du temps
press to zoom
Du point de vue de l'éternité
press to zoom
Climat d'or, longitude diurne
press to zoom
Sonatine
press to zoom
1/1

"J'aime que le temps nous porte, et non qu'il nous entraîne." Marguerite Yourcenar

 

À l’occasion de sa première exposition personnelle à la galerie Virginie Louvet, Mickaël Doucet présente Les entre-temps, une série d’intérieurs ouverts sur des horizons invitant au voyage. Ces espaces peints par l’artiste sont traversés par un répertoire de formes qui lui est cher : architectures modernistes, estampes japonaises, pièces iconiques de design et statuaire antique côtoient des ouvrages nonchalamment posés au centre de ces lieux, des appareils photographiques argentiques et autres transistors, objets d'un quotidien désormais obsolète, en décalage avec notre univers contemporain si connecté et instantané.

 

Puisant dans ses inspirations littéraires, ces lieux de vie semblent figés. Mais à y regarder de plus près, n'affirment-ils pas les multiples rapprochements qu'il est loisible de faire entre le passé et le présent ?

 

À l’instar des 36 Vues de Mont Fuji2 , Les entre-temps de Mickaël Doucet ouvrent un éventail d’horizons, de nouvelles perspectives à la fois spatiales et figuratives au sein des compositions.

Les grandes baies vitrées confrontent des intérieurs énigmatiques riches de symboles à une Nature calme qui, elle, vient s’inscrire hors du temps. L’artiste démontre ainsi que tout est lié ; il filtre le passé pour le rapprocher du présent.

Si les sculptures anthropomorphes sont les témoins d’une humanité invisible mais palpable, la seule véritable trace de vie est cette nature infinie, luxuriante et exotique. Elle s’offre alors à l’observateur comme un nouveau champ des possibles.

 

Par son aspect contemplatif, la peinture de Mickaël Doucet est une invitation à l'observation mais également à la méditation. Elle nous incite à simplement prendre le temps et à nous reconnecter avec la nature primordiale de notre être.

"I like to be borne along, not dragged, by the passage of time"  Marguerite Yourcenar

 

For his first personal exhibit at the Virginie Louvet gallery, Mickaël Doucet presents Les entre-temps, a collection of interior views, open on the horizon, inviting the visitor to a moment of escape.

 

The spaces created by the artist contain a selection of forms he cherishes: modernistic architecture, Japanese prints, iconic design pieces and Ancient statuary meet various objects that are casually placed in the middle of these spaces, from film cameras to transistors, ordinary but obsolete items, that create a gap with today's connected and instantaneous world. Inspired by literature, these living spaces may at first seem stuck in time.

 

But as we take a closer look , don't they reveal the infinite relations between past and present?

 

Like the Thirty-Six Views of Mount Fuji2 , Mickaël Doucet's Les entre-temps offer a series of horizons, of new perspectives on both a spatial and a figurative level within their composition.

 

The picture windows create a dialogue between rich, symbolic, and enigmatic interiors, and a calm and timeless Nature. The artist underlines how everything is connected; he filters the past and brings it closer to the present.

 

When his anthropomorphous sculptures demonstrate an invisible yet palpable humanity, the only actual life form relies in the infinite, lush, and exotic natural environment, opening a realm of possibilities to the viewer.

 

With their contemplative atmosphere, Mickaël Doucet's paintings invite the viewer to both observation and meditation. He encourages us to simply take some time and reconnect with the primal nature of our being.